Témoignages

Témoignages

Regardez cette femme au sourire jovial et au caractère bien trempé. Elle nous observe : elle est peintre…

Les personnages de Catherine Jonville sont toujours en mouvement. L’ombre les accompagne. La couleur est puissante. Les figures se situent dans l’espace, un espace urbain. Nous sommes cet espace.

Catherine nous invite à pénétrer son univers spatial. Son univers n’est pas abstrait mais « figurale » au sens où l’entendait Gilles Deleuze.

Regardez bien chaque tableau, nous sommes dans la troisième dimension. Le sujet est bien là, il nous transporte et son talent aussi.

Catherine est certainement une nouvelle spécialiste du contre-jour. Elle irradie les têtes, les épaules, les bras et les jambes de ses personnages afin de sacraliser leurs vies et ainsi nous pouvons facilement nous projeter dans ses ombres et ses lieux aussi énigmatiques que familiers.

Chacun s’y retrouve, devient les protagonistes de ces scènes de vies, et ainsi s’évade de son quotidien. Ce linceul lumineux transforme l’ordinaire d’hommes et de femmes pour leur révéler une nouvelle vie plus riche, plus douce et plus facile à vivre. 

Elle nous sauve de notre spleen et redonne un nouveau plaisir de vivre et éclaire nos espoirs avec une grande générosité.

Bernard Bois – Artetcommunication’s Blog

Là où les mots font défaut ou sont trompeurs, les pinceaux et les couleurs donnent vie et forme pour nous transporter directement dans le vif du sujet de ce que nous sommes.

La source d’inspiration principale c’est notre indomptable vie.

L’intensité des ombres, des lumières, des couleurs sont habilement mis en évidence. Elle se capte en un seul regard et on ne peut rester indifférent.

Tous les sujets sont prétextes à cette expérimentation.

Le contraste, voire la lutte entre la lumière et l’ombre, le clair et le sombre, le jour et le contre-jour, en a secoué plus d’un, parmi les peintres qui tentent de prendre part à ce combat et d’en tirer quelque chose, une autre lumière peut-être, qui viendrait d’ailleurs, de si loin ou de si près nous éclairer, nous redonner quelque chose de primordial et en même temps d’ordinaire, qui nous fasse sentir l’apparition comme essentielle, le dévoilement ou l’autre vue de ce qui est trop montré, qui se cache derrière l’apparence. Chacun rêve de nous apporter un peu de lumière d’être sans laquelle tout éclairage est banal.

Dans cet entre-deux lumineux, les couleurs se déploient jusqu’au vertige et les plus grands y ont cherché la force créatrice, la vibration des longueurs d’onde qui rapprochent et qui éloignent, le rayonnement porté par les contrastes et les complicités. Comment capter tout cela et s’en servir sans se tromper, et sans y être précipité, sans en être ébloui ou aveuglé ? C’est le défi que tous ont à relever.

Et c’est là que Catherine Jonville veut prendre place, c’est de cette lutte jour contre jour qu’elle a fait son quotidien et elle la mène dans ses Résonances urbaines où les formes tendues par le contraste se maintiennent entre le jour et le contre-jour. Ces corps révèlent la lumière en y résistant ; parfois celle qui les frappe couche leur ombre sur la toile mais leur corps tient bon, porté par l’ombre au sol et adossé à la lumière qui l’inonde.

Souvent, ne reste de ces corps que les contours lumineux, chacun alors a deux ombres : celle qu’il incarne et celle qu’il projette, elle-même enveloppée de lumière. L’artiste est captivée par la lumière qui enveloppe nos corps et nos ombres. Et quand nos ombres perdent l’enveloppe lumineuse, on a une ombre au second degré, non apprivoisée, qui indique sans doute d’autres frayeurs. Voilà de quoi faire énigme. 

Temps qui passe, ombre qui s’enflamme, passage qui s’éternise sur une toile, les peintures de Catherine méritent le temps qu’on y consacre pour s’y découvrir sans artifice.

« Lumières dans la nuit » à la cave Galerie (Presses Valeurs Actuelles du 7 Juillet 2016

Rêveur. Art Pictural, art viticole : à la    cave Galerie, la contemplation du beau s’accompagne d’une agréable dégustation de vin. Et c’est un verre à la main que l’on se tourne vers les étonnantes perspectives de Catherine Jonville. Palette profonde (Lumières dans la nuit), touche vibrante, vigueur des effets contrastés : on se laisse saisir par ses personnages qui s’évanouissent sous les coulées évanescentes, ces panoramas urbains où scintillent des lumières des demeures lacustres (Reflets dans la nuit). Et par-delà le brouhaha des rues, on se surprend à rêver…. L.C Paris XVe, jusqu’au 23 Juillet

A Sun Wu, Artiste taïwanais de renommée internationale.

À la fois peintre et sculpteur, c'est l'un des plus éminents spécialistes des arts premiers. Il crée des œuvres notamment dans l'esprit des masques Dogons et Hopis.

La peinture fait partie des arts visuels. La lumière du soleil nous permet d’apprécier tous les objets, les temps et les saisons de la nature. Lorsque tous les objets changent, des images sont créées. La beauté visuelle est l’ombre produite par l’objet exposé sous la lumière à l’aube ou au crépuscule. Ces ombres peuvent refléter les phénomènes esthétiques dynamiques et statiques des objets. Ce changement momentané est l’une des sources créatives de Catherine.

Parmi les nombreux chefs-d’œuvre de l’exposition personnelle de Catherine, on peut percevoir les silhouettes de divers phénomènes de navetteurs se pressant à l’intersection dans les gares et se croisant dans les rues animées. Elle décrit la vie quotidienne : les passages dans les gares, les gens dans les rues et le paysage moderne dans la ville urbaine. À travers sa vision personnelle unique, elle inscrit ses tableaux en ambiance multiple et représente la vie moderne avec ses couleurs variées. Ainsi, les images générées par la vie dynamique, cela a réalisée pareillement sur la composition et la perspective dans la narration de ses œuvres.

Quand je contemple ses œuvres, cela ne peut m’empêcher de réfléchir au rôle que l’on joue dans la société. Les tons intimes et romantiques de ses œuvres font plonger les spectateurs dans un espace mystérieux indescriptible et profiter d’une fantaisie sans fin. Depuis que j’ai rencontré Catherine, je l’ai découverte très active dans sa création et le partage de son travail. Ce fut une joie d’avoir le privilège de voir ses travaux récents avant mon voyage aux îles de Pacifique Sud.

 A SUN WU 2022.

繪畫是視覺藝術的一環。陽光使我們可以欣賞到在大自然中所有物體、時辰與 季節的變化。所有物體變幻的同時,就會產生影像。物體在晨曦或黃昏在物體 受光所產生視覺的美感,就是影子。影子可以反映物體的動、靜美感現象。而 這種瞬間的幻變就是 Catherine 的創作源頭之一

Catherine 個展的許多傑作當中,我們可以看到上班族匆忙地在車站、十字路 口或步入大街小巷為生活打拼的種種現象剪影。晚上回家途中以及與朋友相聚 的生活現況。她應用特有的個人技巧和不同溫度的色彩,來表現現代生活的形 形色色。

在構圖上與畫面上生活動態所產生的影像,化成她敘述現代都市生活 的點點滴滴 每當欣賞她作品的同時,不禁會反思自己在社會上所扮演的是哪一種角色。作 品中親切浪漫的色調,讓人沈浸在一個不可言諭的神秘空間,享受那無盡的幻 想。

認識 Catherine 以來,看她非常積極地創作並分享自己的作品。有幸在回南太平 洋度假前欣賞她的近作,甚為喜悅。

 吳炫三 2022